Course d'orientation et ateliers "neige" pour la classe montagne à Freydière

Course d'orientation et ateliers "neige" pour la classe montagne à Freydière

Ce lundi 16 décembre, nous voici à Freydière, à 1150m d'altitude dans le massif de Belledonne. L'accès à ce joli site est facile : le bus nous emmène presque au bord du lac. C'est d'ailleurs une promenade très fréquentée en toutes saisons. Mais pour la 4° "projet montagne", l'objectif ne se limite pas à se balader au bord du lac partiellement gelé, ni à s'amuser avec la neige (même si on ne s'en privera bien sûr pas !). La neige, d'ailleurs, il y en a peu. Tant pis : nous en profiterons tout de même pour mettre en place tous les ateliers prévus ce jour.

L'activité principale de la journée : la course d'orientation. Depuis le début de nos activités, les élèves ont régulièrement travaillé sur des cartes. Le temps est maintenant arrivé de s'orienter de façon plus autonome, à la recherche des balises installées par M.Procacci. Un parcours exigeant (il faut progresser sur un terrain parfois neigeux, accidenté ou pentu), à effectuer dans un temps réduit. Certains et certaines ont dépensé une belle énergie pour être rapides sur le terrain et précis.es dans la lecture d'une carte pas si facile.

D'autres ateliers ont permis de remplir utilement et agréablement la journée. Malgré le peu de neige, on avait emmené les raquettes : pratique pour progresser sans s'enfoncer ni glisser, ce qui n'empêche pas quelques chutes spectaculaires !

La recherche "DVA" (Détecteur de Victimes d'Avalanches) a été l'autre grande affaire de la journée. Le DVA (ou "Arva") est un outil indispensable à la progression en neige dès lors qu'un risque d'avalanche est possible. Ce n'était bien sûr pas le cas ici et aujourd'hui ! Les élèves ont su utiliser leur DVA pour trouver ceux enfouis dans la neige : la rapidité est là aussi essentielle, s'il s'agit de retrouver réellement une victime !

 

Enfin, l'atelier "mathématiques appliquées" a permis aux élèves d'utiliser leurs connaissances géométriques pour repérer à l'aide de leurs bâtons l'angle d'une pente. L'objectif : savoir si celle-ci atteint ou dépasse les 30°, à partir de laquelle une avalanche est théoriquement possible.

Une fois la pente mesurée, difficile de résister à la tentation d'y faire des glissades... Un plaisir ici sans danger mais qui a permis quelques positions fort accrobatiques, et de sacrés fou rires !